La rentrée est parfois le moment où l’on ressent le plus clairement le malaise et l’inconfort de notre vie. L’été et les vacances sont une parenthèse qui nous permettent de mettre en lumière ce qui ne nous convient plus dans cette vie mais les obligations de la rentrée scolaire et professionnelle nous rattrapent.

Très rapidement, nous sommes à nouveau aspirés par le tumulte de la vie quotidienne sans avoir pris le temps de poser une action en faveur du changement.

Aptes au changement…

Nous sommes biologiquement « changeants ». Notre corps humain se régénère fréquemment au niveau cellulaire. Notre cerveau créé de nouveaux chemins neuronaux à tout âge, si on l’y oblige. Nous sommes soumis aux rythmes circadiens, au cycle lunaire, aux cycles des saisons… Bref, le vivant est cyclique comme tout comme ce qu’on vit.

Pourtant il peut vous arriver de croire, que rien ne changera jamais, ou que tout est déjà écrit. En tant que coach, je pourrai vous demander : qu’est ce qui vous fait croire cela ? Comment savez-vous que c’est vrai ? Mais nous ne sommes pas dans mon cabinet. L’objet de cet article est de vous expliquer simplement comment fonctionne les transitions et de vous permettre d’identifier dans quelle phase vous êtes.

La vie est comme une boucle, un tourbillon comme chantait Jeanne Moreau. L’art est de se laisser entrainer par ce tourbillon avec la pleine conscience de ce qui se joue.

Comprendre pour décider le changement

Même si nous comprenons intellectuellement que « Tout est changement » autour de nous et en nous, il est parfois difficile d’être conscient et de comprendre les signaux qui nous montrent que nous sommes dans un cycle.
Frédéric M. Hudson, coach renommé parmi ses pairs nous propose un modèle dans lequel il présente les 4 phases que nous traversons dans tous nos domaines de vie.

Comprendre le changement

Pour vous aider à comprendre ce modèle, mettons-nous en situation d’observateur avec la vie professionnelle d’ un personnage fictif que nous appellerons « Jean Michel ».

Phase 1 : L’envol

Dans la première étape, Jean Michel est plein d’énergie, il vient de prendre un poste de commercial dans une entreprise. Il sait qu’il doit faire ses preuves pour valider sa période d’essai alors il s’investit à 200% :

Ce travail m’intéresse vraiment. Je veux montrer que je suis capable alors je reste un peu plus tard le soir pour bosser mes présentations PowerPoint et je m’entraîne devant mon miroir le week-end pour connaitre le discours de vente par coeur et être rapidement opérationnel. Je n’ai que trois mois pour montrer que je suis un bon vendeur, mais ça me plait. Mes collègues sont sympas.

Dans cette étape, l’énergie de Jean Michel est au top, il sait que s’il travaille, il va réussir. Il a pleinement confiance en lui et est très motivé pour donner le meilleur de lui même. Sa motivation est portée par ses valeurs et ses besoins qui sont alignées avec ce qu’il fait.
Jusqu’ici tout va bien.

Phase 2 : Le désenchantement

Quelques années plus tard, Jean Michel connait quelques difficultés professionnelles. Il vient de perdre plusieurs affaires d’affilée. Soit son positionnement prix était trop élevé, soit il n’a pas réussi à identifier le décideur, bref des erreurs  qui lui ont couté cher (pas de commissions), qui le déçoivent et le font douter de lui.

Le marché est de plus en plus concurrentiel. Ce n’est plus comme avant. Mes concurrents sont très agressifs et j’ai l’impression de ne pas être aussi performant qu’au début. En même temps, le produit que j’ai à vendre n’est pas terrible, il lui manque plein de fonctionnalités ! Après tout, ce n’est pas de ma faute si le produit est nul !

Jean Michel commence à se démotiver et plutôt que de se remettre en question, il reste dans le déni. Il justifie ses mauvais résultats commerciaux en arguant des causes extérieures. Si cette situation perdure dans le temps, le malaise s’installe et Jean Michel a l’impression de subir sa vie professionnelle plutôt que de s’y épanouir.

A partir de là, il y a deux possibilités, :

  • Soit quelque chose de nouveau se produit et Jean Michel rebascule en Phase 1, auquel cas, il aura vécu une « mini-transition » qui viendra restructurer son chapitre de vie professionnelle. Il n’y aura pas de gros bouleversement.
    La nouveauté peut prendre l’aspect d’une formation pour développer ses compétences commerciales, d’un changement de mission dans l’entreprise, ou d’un nouveau travail de commercial dans un autre secteur…
  • Soit Jean Michel bascule en Phase 3 : Il se désinvestit de son travail, se tient à l’écart, se renferme, fait une dépression… Il sent qu’il n’est plus à sa place, il ne se reconnait plus dans les missions qu’on lui donne et ne s’épanouit plus dans son travail. Il y a une perte de sens et Jean Michel éprouve le besoin de  se retrouver.

Phase 3 : la chrysalide

C’est une étape très importante mais parfois douloureuse car on s’intériorise, on s’isole des autres, ce qui peut être mal compris par l’entourage. Pourtant cette phase de chrysalide est véritablement nécessaire pour comprendre qui nous sommes et ce que nous voulons dans notre vie. Cette étape doit être vécue pleinement pour pouvoir passer à la phase 4.

Je ne suis plus sûr de rien. C’est étrange, avant ce métier me passionnait. J’adorais vendre, convaincre, négocier et remporter une affaire. Maintenant, j’ai l’impression que ça ne sert plus à rien. J’ai perdu mon mojo. J’ai l’impression de m’être trompé sur moi même. Je n’ai plus envie de rien. Je suis fatigué.

C’est évidemment une période très difficile à vivre. Une période de chaos qui demande à s’intro-vertir, à réfléchir pour se construire une nouvelle identité. Un accompagnement est très souvent bénéfique pour la traversée de cette phase.

Phase 4 : La mise en place

Dans cette phase, l’énergie est basse puisque l’on vient de traverser le chaos mais elle est à nouveau positive. On est bienveillant envers soi-même, positif, créatif.  Au cours de ce voyage, on a acquis une nouvelle capacité : la Résilience. On sait désormais ce qu’on ne veut plus et on a une idée de ce que l’on veut. On peut alors explorer un nouveau champs des possibles et expérimenter de nouvelles options.

Je me suis rendu compte que je ne supportais plus l’environnement de compétition entre les commerciaux. Je n’ai plus envie de vivre cela mais j’ai compris que le relationnel était très important pour moi. Je pourrai me recycler dans la formation en techniques commerciales. Cela nourrirait ma valeur  Partage.

Jean Michel vient donc de vivre une transition dans le domaine professionnel. La phase 3 lui a permis de comprendre ce qui était important pour lui. Il est passé en phase 4 mais pourra également faire des allers-retours vers la phase 3 pour ajuster sa réflexion.

Bien entendu, l’exemple de Jean Michel est très simplifié et schématique ; les phases peuvent durer plusieurs années, cela dit, n’oublions pas que tout est cyclique. Si vous pensez-être en phase 3, faites vous accompagner pour faciliter le passage en phase 4.
Gardez à l’esprit que tout est changement, quand bien même ce que vous vivez est douloureux.

Nous sommes comme une application qui se met à jour, nous sommes en perpétuelle évolution.

Et vous, dans quelle phase, êtes-vous ?

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste pour être informé des derniers articles, conférences, ateliers...

Bravo, vous êtes inscrit !

Share This
%d blogueurs aiment cette page :